Caisse Exception Las Cases 2000 – Palmer 2005 – Figeac 2010

Vin rouge

Fiers de leur histoire et de leur savoir faire, les Château Figeac, Léoville Las Cases et Palmer célèbrent aujourd’hui leur amitié dans un écrin commun et exclusif.

À l’unisson de leurs appellations, ces trois Crus aux valeurs familiales fortes partagent une fidélité et une constance sans faille à ce qui fait la beauté d’un grand vin : l’excellence d’une grande maison et l’éternité d’un grand terroir. Mais Léoville Las Cases, Palmer et Figeac incarnent également un Art de vivre à la française faisant l’éloge du temps au temps et des bonnes choses en bonne compagnie.

Cet écrin, décliné en version bouteilles a été réalisé en édition limitée à 330 exemplaires. Il présente trois vins d’exception, dans trois millésimes de légende, réunis sous le sceau du partage et de la convivialité : Château Léoville Las Cases 2000, Château Palmer 2005, Château Figeac 2010.

Château Léoville Las Cases 2000

Assemblage : 77% de Cabernet Sauvignon, 9% de Merlot et 14% de Cabernet Franc.

Le millésime 2000 fut particulièrement précoce grâce à un début de cycle assez doux. Après des précipitations abondantes en avril et un temps frais jusqu’à mi-juin, l’été devint ensuite chaud et sec jusqu’à la récolte. Ces très bonnes conditions permirent de récolter des raisins parfaitement équilibrés et très riches en composés phénoliques.

W.Advocate/Neal Martin : 98/100          W.Advocate/Robert Parker : 98+/100          J.Suckling : 100/100         

J.Robinson : 18/20          W.Spectator : 100/100

Château Palmer 2005

Assemblage : 53% de cabernet sauvignon, 40% de merlot et 7% de petit verdot.

Nul en France ne se souvient d’une sécheresse comparable, sur une aussi longue période. Après une belle floraison début juin, l’été excessivement sec engendre un arrêt de croissance précoce, signe de nombreux grands millésimes. La sécheresse a 2 conséquences importantes sur la récolte : un faible grossissement des baies, à l’origine d’un rendement très bas et une concentration progressive des composés du raisin, très prometteuse pour la qualité. Nous commençons la cueillette des merlots le 22 septembre, avec le sentiment d’avoir à faire à des raisins d’une qualité rare. La dégustation quotidienne est alors un véritable enchantement. Rarement des pellicules auront été si concentrées en arômes, rarement des tanins auront été si puissants et veloutés à la fois. Le travail au cuvier est facilité par la grande maturité des raisins et tout est mis en œuvre pour faciliter l’achèvement de la fermentation, compte tenu des richesses en sucres d’un niveau jamais atteint. Nous ramassons le cabernet sauvignon et le petit verdot entre le 30 septembre et le 7 octobre dans d’excellentes conditions. Les dégustations quotidiennes pendant la vinification nous permettent de piloter l’extraction avec une grande précision pour préserver la fraîcheur et l’équilibre dans ce millésime puissant et concentré.

J.Suckling : 95/100          J.Robinson : 18,5/20          W.Spectator : 94/100          W.Advocate/Robert Parker : 98/100

Château Figeac 2010

Assemblage : 30% Merlot, 35% Cabernet Sauvignon et 35% Cabernet Franc.

Le millésime 2010 peut être qualifié d’exceptionnel dans le Bordelais en général et à Figeac en particulier. Nous trouvons beaucoup de rondeur et de gras dans les merlots. Le cabernet franc présente des fruits rouges et beaucoup de finesse dans les tanins. Le cabernet sauvignon dévoile un aspect floral, des fruits rouges et noirs. Une belle complexité est soulignée par la fraîcheur en dégustation. 2010 se présente comme remarquable à l’image des plus grands millésimes de Figeac avec un excellent potentiel de vieillissement.

Élevage du vin pendant 18 mois dans 100% de barriques neuves en Chêne français.

Vinous/Neal Martin : 97/100          W.Advocate/Lisa Perrotti : 98+/100          J.Suckling : 98/100          J.Robinson : 17,5/20          W.Spectator : 100/100

Les pépites