Les vins primeurs 2019

Les vins primeurs 2019

Primeurs 2019 | Notre avis d'expert sur le vin en primeur du millésime 2019

A l'heure où nous écrivons ces lignes en cette période troublée, les dates de la Semaine des Primeurs 2019 sont encore incertaines... Selon l'Union des Grands Crus de Bordeaux, elle devrait se dérouler durant l'été 2020, précisant tout de même que cela reste à confirmer. Les dates exactes vous seront communiquées ici par la suite.

Qu'est-ce que la Semaine des Primeurs de Bordeaux ?

vins primeurs 2019

Il s’agit de l’événement incontournable du monde viticole, ayant lieu chaque année à Bordeaux vers la première semaine du mois d’avril. Véritable temps fort de la vie du vin de Bordeaux, elle met en effervescence toute la Gironde qui s’apprête depuis des semaines à accueillir les quelques 5000 à 6000 professionnels du monde entier qui y sont conviés ! Sous l’égide de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (l’UGCB), c’est une bonne centaine de propriétés qui proposeront leurs meilleurs échantillons de primeurs 2019 aux papilles des plus grands experts.

 

Ce sont sur les quais de notre beau Port de la Lune et dans les différents châteaux du Bordelais que la campagne des Crus et Grands Crus, (classés ou non), est ouverte. Vignerons, propriétés, domaines, négociants, cavistes, courtiers, critiques et journalistes se réunissent autour de longues dégustations pour estimer la qualité du vin primeur de cette nouvelle année. Les propriétaires de ces précieuses bouteilles attendant évidemment de vendre leur cuvée le plus rapidement possible et au meilleur prix, nous comprenons pourquoi cet évènement est largement médiatisé. La presse joue un rôle capital dans le maintien et l’évolution du système des primeurs de Bordeaux.

 

Durant cette traditionnelle semaine (et dans le vignoble Bordelais en général), on entendra inévitablement parler de La Place de Bordeaux. Inutile de la chercher sur un plan, car plus qu’un lieu physique il s’agit en fait d’un système qui regroupe propriétaires, négociants et courtiers. C’est ici que se commercialisent les vins de Bordeaux, surtout les Crus classés (ceux du Médoc, des Graves, du Sauternais, et de Saint-Emilion, ainsi que Pomerol, bien qu’il n’ai jamais fait l’objet d’un classement…).

 

Il faut bien comprendre que les domaines ne vendent pas leur production directement aux particuliers ou autres réseaux de distribution tels que les CHR (Cafés-Hôtels-Restaurants), super-marchés, caves, sans oublier l’exportation. En effet, ils s’adressent pour cela aux maisons de négoce qui vont leur acheter des caisses qu’ils stockeront dans leurs entrepôts, pour ensuite les revendre plus chères (ou les garder un moment pour faire monter la spéculation). Ces deux parties seront aidées du courtier qui assurera la transaction en présentant les conditions de chacune, en conseillant l’une et l’autre, en apportant les échantillons au négociant et gérant les éventuels désaccords sur le prix.

Comment se passe la dégustation des vins primeurs ?

Voici venu le moment crucial pour chaque nouveau millésime qui entre en campagne… Et c’est bien de cela qu’il s’agit : car malgré cette semaine aux allures de fête, de rencontres et de partage mettant à l’honneur les terroirs Girondins, nous devinons bien les enjeux qui se cachent derrière pour nos vignerons qui oscillent entre excitation et fébrilité. Revenus et réputation dépendent de ces quelques jours ! Faisons le point sur le déroulement typique de cet évènement :

  • La dégustation : Le bal s’ouvre en principe sur les quais des Chartrons ou dans dans un lieu particulier (Hangar 14 ou nouveau stade Bordelais par exemple) pour découvrir le millésime des Crus de l’Union (UGCB) de l’ensemble des appellations. Les 2ème et 3ème jours suivant seront réservés à visiter et déguster dans les différents Châteaux dont la liste est établie à l’avance chaque année et par appellation (Pomerol, Margaux, Saint-Estèphe, Graves, Saint Julien, etc.). Ils pourront ainsi présenter leurs vignes et leurs chais aux invités de prestige. Le dernier jour consiste à se rendre également dans les domaines mais cette fois-ci pour une présentation élargie aux métiers du vin.
  • L’invitation des spécialistes : En plus du trio de professionnels de la Place de Bordeaux que nous avons déjà évoqué plus haut et dont la présence est évidente, ce sont la presse, les journalistes spécialisés et surtout les grands critiques influents du monde entier qui seront conviés pour leurs talents d’oenologues et de dégustateurs. Le grand public, comme vous l’aurez compris, n’y a pas accès.
  • La notation : Il faut d’abord se rendre compte que déguster des primeurs nécessite des années d’expérience, puisqu’il s’agit d’estimer ce que deviendront ces millésimes fraîchement sortis des vendanges et d’une courte période de vinification… Aussi, de par leur jeunesse ils sont souvent très acides et tanniques (c’est à dire comportant du tanin qui sont des dépôts organiques provenant du raisin), et il faut donc faire fît de ces sensations désagréables en bouche. Les grands palais se concentreront plutôt sur les trois critères suivant : la forte acidité (qui promet une bonne conservation), la grande présence de tanin (qui diminuera plus tard grâce au bois de la barrique) et les arômes qui, si déjà présents de manière variée promettront une jolie complexité plus tard.

La semaine des primeurs étant achevée, il est temps d’établir comptes-rendus et notes. Il existe deux manières de noter la production de l’année : la notation à l’Européenne (sur 20) et à l’Américaine (sur 100)… Pendant 30 ans c’était avec fébrilité qu’attendaient les vignerons les notes du célèbre Robert Parker, grand critique influant dans le monde entier, qui a pris sa retraite en 2012. Le rôle de tout ses grands dégustateurs est primordial pour les amateurs qui ne peuvent goûter les vins primeurs et qui vont devoir se fier aux notations et commentaires. Car s’ils sont à peu près sûrs de ne pas se tromper en investissant dans un Margaux ou un grand cru de Saint-Emilion, ils vont devoir se référer uniquement aux notations pour les vins moins célèbres…

 

Mais attention, ce n’est en rien une science exacte, certains critiques ont avoué s’être trompés en dégustant à nouveau lors de la mise en bouteille, ce qui a changé la note et le prix. Aussi les critères sont relatifs, les goûts propres à chacun et vous aurez peut-être une préférence pour les vins riches, robustes et charpentés comme un Margaux ou un Saint-Estèphe du Médoc, alors que l’Oenologue qui l’aura évalué tendra à favoriser la finesse et la souplesse… Ainsi donc, si les comptes-rendus des primeurs peuvent vous aiguiller dans votre choix, il est important de se faire son propre avis.