Les vins primeurs 2019

Les vins primeurs 2019

Primeurs 2019 | Notre avis d'expert sur le vin en primeur du millésime 2019

A l'heure où nous écrivons ces lignes en cette période troublée, les dates de la Semaine des Primeurs 2019 sont encore incertaines... Selon l'Union des Grands Crus de Bordeaux, elle devrait se dérouler durant l'été 2020, précisant tout de même que cela reste à confirmer. Les dates exactes vous seront communiquées ici par la suite.

Qu'est-ce que la Semaine des Primeurs de Bordeaux ?

vins primeurs 2019

Il s’agit de l’événement incontournable du monde viticole, ayant lieu chaque année à Bordeaux vers la première semaine du mois d’avril. Véritable temps fort de la vie du vin de Bordeaux, elle met en effervescence toute la Gironde qui s’apprête depuis des semaines à accueillir les quelques 5000 à 6000 professionnels du monde entier qui y sont conviés ! Sous l’égide de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (l’UGCB), c’est une bonne centaine de propriétés qui proposeront leurs meilleurs échantillons de primeurs 2019 aux papilles des plus grands experts.

 

Ce sont sur les quais de notre beau Port de la Lune et dans les différents châteaux du Bordelais que la campagne des Crus et Grands Crus, (classés ou non), est ouverte. Vignerons, propriétés, domaines, négociants, cavistes, courtiers, critiques et journalistes se réunissent autour de longues dégustations pour estimer la qualité du vin primeur de cette nouvelle année. Les propriétaires de ces précieuses bouteilles attendant évidemment de vendre leur cuvée le plus rapidement possible et au meilleur prix, nous comprenons pourquoi cet évènement est largement médiatisé. La presse joue un rôle capital dans le maintien et l’évolution du système des primeurs de Bordeaux.

 

Durant cette traditionnelle semaine (et dans le vignoble Bordelais en général), on entendra inévitablement parler de La Place de Bordeaux. Inutile de la chercher sur un plan, car plus qu’un lieu physique il s’agit en fait d’un système qui regroupe propriétaires, négociants et courtiers. C’est ici que se commercialisent les vins de Bordeaux, surtout les Crus classés (ceux du Médoc, des Graves, du Sauternais, et de Saint-Emilion, ainsi que Pomerol, bien qu’il n’ai jamais fait l’objet d’un classement…).

 

Il faut bien comprendre que les domaines ne vendent pas leur production directement aux particuliers ou autres réseaux de distribution tels que les CHR (Cafés-Hôtels-Restaurants), super-marchés, caves, sans oublier l’exportation. En effet, ils s’adressent pour cela aux maisons de négoce qui vont leur acheter des caisses qu’ils stockeront dans leurs entrepôts, pour ensuite les revendre plus chères (ou les garder un moment pour faire monter la spéculation). Ces deux parties seront aidées du courtier qui assurera la transaction en présentant les conditions de chacune, en conseillant l’une et l’autre, en apportant les échantillons au négociant et gérant les éventuels désaccords sur le prix.

Comment se passe la dégustation des vins primeurs ?

Voici venu le moment crucial pour chaque nouveau millésime qui entre en campagne… Et c’est bien de cela qu’il s’agit : car malgré cette semaine aux allures de fête, de rencontres et de partage mettant à l’honneur les terroirs Girondins, nous devinons bien les enjeux qui se cachent derrière pour nos vignerons qui oscillent entre excitation et fébrilité. Revenus et réputation dépendent de ces quelques jours ! Faisons le point sur le déroulement typique de cet évènement :

  • La dégustation : Le bal s’ouvre en principe sur les quais des Chartrons ou dans dans un lieu particulier (Hangar 14 ou nouveau stade Bordelais par exemple) pour découvrir le millésime des Crus de l’Union (UGCB) de l’ensemble des appellations. Les 2ème et 3ème jours suivant seront réservés à visiter et déguster dans les différents Châteaux dont la liste est établie à l’avance chaque année et par appellation (Pomerol, Margaux, Saint-Estèphe, Graves, Saint Julien, etc.). Ils pourront ainsi présenter leurs vignes et leurs chais aux invités de prestige. Le dernier jour consiste à se rendre également dans les domaines mais cette fois-ci pour une présentation élargie aux métiers du vin.
  • L’invitation des spécialistes : En plus du trio de professionnels de la Place de Bordeaux que nous avons déjà évoqué plus haut et dont la présence est évidente, ce sont la presse, les journalistes spécialisés et surtout les grands critiques influents du monde entier qui seront conviés pour leurs talents d’oenologues et de dégustateurs. Le grand public, comme vous l’aurez compris, n’y a pas accès.
  • La notation : Il faut d’abord se rendre compte que déguster des primeurs nécessite des années d’expérience, puisqu’il s’agit d’estimer ce que deviendront ces millésimes fraîchement sortis des vendanges et d’une courte période de vinification… Aussi, de par leur jeunesse ils sont souvent très acides et tanniques (c’est à dire comportant du tanin qui sont des dépôts organiques provenant du raisin), et il faut donc faire fît de ces sensations désagréables en bouche. Les grands palais se concentreront plutôt sur les trois critères suivant : la forte acidité (qui promet une bonne conservation), la grande présence de tanin (qui diminuera plus tard grâce au bois de la barrique) et les arômes qui, si déjà présents de manière variée promettront une jolie complexité plus tard.

La semaine des primeurs étant achevée, il est temps d’établir comptes-rendus et notes. Il existe deux manières de noter la production de l’année : la notation à l’Européenne (sur 20) et à l’Américaine (sur 100)… Pendant 30 ans c’était avec fébrilité qu’attendaient les vignerons les notes du célèbre Robert Parker, grand critique influant dans le monde entier, qui a pris sa retraite en 2012. Le rôle de tout ses grands dégustateurs est primordial pour les amateurs qui ne peuvent goûter les vins primeurs et qui vont devoir se fier aux notations et commentaires. Car s’ils sont à peu près sûrs de ne pas se tromper en investissant dans un Margaux ou un grand cru de Saint-Emilion, ils vont devoir se référer uniquement aux notations pour les vins moins célèbres…

 

Mais attention, ce n’est en rien une science exacte, certains critiques ont avoué s’être trompés en dégustant à nouveau lors de la mise en bouteille, ce qui a changé la note et le prix. Aussi les critères sont relatifs, les goûts propres à chacun et vous aurez peut-être une préférence pour les vins riches, robustes et charpentés comme un Margaux ou un Saint-Estèphe du Médoc, alors que l’Oenologue qui l’aura évalué tendra à favoriser la finesse et la souplesse… Ainsi donc, si les comptes-rendus des primeurs peuvent vous aiguiller dans votre choix, il est important de se faire son propre avis.

L'avis de Chateau Internet sur le millésime primeurs 2019 des grands crus

Vous sera communiqué très vite après les premières dégustations…

Mieux connaitre le système des primeurs des grands domaines viticoles

Les plus novices trouveront ici une petite synthèse explicative du Primeur et de son histoire.

 

– Le vin en primeur est un système de vente bien particulier et typique du vignoble Bordelais ; il consiste pour les vignerons de chaque propriété à vendre au printemps qui suit les vendanges et la période de vinification, des vins dont l’élevage n’est pas encore terminé, c’est à dire toujours en cuve ou en barrique. Le client achètera son produit coup de coeur qui lui sera alors réservé, mais devra patienter plusieurs mois avant que ses prestigieuses bouteilles ne lui soient livrées (jusqu’à deux ans suivant les domaines et appellations). L’élevage prends en effet quelques temps à s’achever et sera ponctué par la mise en bouteille (souvent effectuée chez le négociant). Étymologiquement, le terme “primeur” vient du latin “primoris” signifiant “premier”.

 

– Attention à ne pas confondre les vins en primeur avec les vins jeunes…Quand on parle du Beaujolais nouveau, le terme “nouveau” indique une mise en bouteille avant la prochaine vendange. La commercialisation s’effectue à partir du troisième jeudi de novembre suivant la récolte. Par raccourcis de langage, ils sont souvent nommés “Primeurs” tous les deux, la confusion est alors aisée…. Ici, nous parlerons bien uniquement du système de vente en primeur des grands crus.

 

– La vente en Primeur fut créée il y a plus de 200 ans par les britanniques mais était réservée uniquement aux activités de négoce. En France, nous retrouvons ses origines dans le Bordeaux du XVIIIe siècle où le négoce commença à se rendre dans les domaines quelques mois avant la nouvelle vendange, pour estimer et potentiellement acheter la récolte sur pied. Ces ventes anticipées que l’on appelait “ventes sur souches”, où le négociant réservait son vin avant même sa sortie, sont les ancêtres des primeurs. A cette époque, le négociant réalisait lui-même l’élevage et la mise en bouteille des millésimes.

 

Le primeur tel qu’on le connait aujourd’hui, a été mis en place au cours des années 1970 et s’est véritablement institutionnalisé au début des années 1980 grâce au Baron Philippe de Rothschild. Ce dernier eut l’idée original d’inviter à venir déguster son millésime 1982… dès le mois d’avril ! Voilà donc pourquoi nous fêtons les primeurs à cette date. Cet évènement fit grand bruit dans la presse puis est devenu une institution du vignoble Bordelais, admirée et suivie de près dans le monde entier.

La répartition du territoire des vins de Bordeaux

Les différents terroirs Bordelais se répartissent en fonction de leur sol :

  • La rive gauche de la Garonne et l’estuaire de la Gironde, principalement des sols de graves (d’où le nom), constitués de galets, de graviers et de sables qui permettent de bien retenir la chaleur produite par le soleil en journée et de la restituer la nuit. Cela favorise grandement la maturation du raisin.
  • La rive droite de la Dordogne dont la composition des sols est plus variable, entre argile, calcaire, sable et quelques graves. Plus fin, ce type de sol capte et retient l’eau de pluie, venant rafraichir les vignes.
  • L’Entre deux Mers, entre la Garonne et la Dordogne, avec des sols uniquement argilo-calcaires, frais et humides un peu comme ceux de la rive droite.

Il faut savoir que la composition du sol est essentielle en viticulture, car les minéraux dont il est constitué sont absorbés par la racine de la vigne et se retrouveront par la suite dans le moût du raisin. Ainsi donc, nous avons le privilège de retrouver sur notre beau territoire Bordelais, des vins de prestige égal mais offrant cependant des palettes de saveurs et de couleurs totalement différentes.

 

L’arrivée inexorable du vin bio dans le vignoble Girondin… Les produits naturels et bio ont le vent en poupe et les produits de la vigne ne font pas exception. Autant dans le vin rouge que dans le blanc, les plus grands domaines se convertissent peu à peu. En appellations Pauillac, Pessac-Léognan, Entre-deux-Mers ou Sauternes, la culture bio ou en biodynamie gagne les plus grands comme Château d’Yquem (blanc Sauternes), Château Latour (rouge Pauillac), Angélus (Grand Cru Classé St Émilion).

Acheter chaque année son vin primeur n'a jamais été si facile...

Il fut un temps où l’achat de vins en primeur d’un grand domaine était réservé uniquement aux professionnels. Aujourd’hui, grâce aux sites de vente de vins en ligne et un mode de livraison maîtrisé, les particuliers ont désormais accès à ce privilège. De plus, acheter des primeurs comportent plusieurs avantages non négligeables :

 

– Le premier et principal avantage est avant tout économique ! En effet, en achetant son vin ainsi, le client bénéficiera d’un prix entre à 5% à 10% moins cher que s’il l’avait acheté le jour de la date officielle de sortie. Pour les personnes qui souhaitent se constituer une belle cave, cela leur permet d’obtenir les meilleurs vins aux meilleurs prix. Pour ceux qui souhaitent surtout investir, il leur suffira de patienter quelques années pour faire monter la spéculation et revendre leur bouteille à prix d’or.

 

– Pour les collectionneurs, acheter par ce procédé permet également d’obtenir des vins rares et très recherchés sur le marché dans des formats d’exception (Demi-bouteille 0,375 L, Bouteille 0,75 L, Magnum 1.5L, Double-Magnum 3L, Impériale 6L), qu’il est possible de personnaliser en un coffret unique. Ainsi, en investissant dans des vins jeunes, les amoureux de la vigne obtiendront à prix raisonnable de futurs grands crus prestigieux, dans des formats originaux qui trôneront fièrement dans leur caisse en bois d’origine.

 

A très bientôt pour d’autres informations.