Caisse “Biodynamie de précision” – Château Pontet-Canet

Pauillac

Vin rouge

Le Château Pontet-Canet est un 5ème cru classé du Médoc depuis 1855. Il se situe sur l’appellation Pauillac.

Grand précurseur de la viticulture en bio et en biodynamie, le Château Pontet-Canet a souhaité célébrer la réussite de leurs démarches en créant une caisse spéciale (avec une fermeture à vis !) : la caisse “Biodynamie de précision”. Elle regroupe les 6 premiers millésimes de ce grands vins qui ont été certifiés bio.

  • Château Pontet-Canet 2008

Dégustation : Candidat au titre de “vin du millésime”, le Pontet Canet 2008 se distingue par sa couleur pourpre opaque ainsi que par ses nombreux arômes de myrtilles douces, de mûres et de cassis entremêlés de copeaux de crayon de plomb, de fumée de barbecue subtile et d’un soupçon de tapis forestier. Corsé, d’une fabuleuse richesse, d’une texture et d’une fraîcheur extraordinaire, cet effort de type première pousse est plus développé que le surpuissant 2010. A boire ! Peut attendre encore quelques années sinon.

Parker : 96/100 // J. Robinson : 18/20

  • Château Pontet-Canet 2009

Dégustation : De couleur grenat profond, le Château Pontet-Canet 2009 est un peu fermé pour commencer, mais avec des cajoleries, ce bébé est bientôt sur tous les fronts avec un nez plein de cerises au chocolat, de crème de cassis, de mûres de Boysen et de gâteau d’épices, plus des tonnes d’étincelles de kirsch et de sauce aux canneberges et un beau courant sous-jacent de personnages tertiaires émergents : boîte à cigare, bois de santal, grill, truffes et poêle en fonte. Corsé, riche, multicouches et complètement séduisant, le palais est chargé d’une énergie incroyable, avec une épine dorsale ferme de tannins veloutés et une fraîcheur sans faille fournissant une base solide et promettant une très longue vie à venir. Il se termine par un incroyable feu d’artifice de saveurs épiques et durables. Ouah !

Parker : 100/100 // J. Robinson : 17/20

  • Château Pontet-Canet 2010

Dégustation : le Pontet-Canet 2010 offre une couleur grenat très profonde. Le nez explose avec une vaste gamme de confitures de fruits noirs et de nuances salées : confiture de prunes, cassis cordial, coulis de cerises noires et de réglisse avec des éclats de lavande séchée, chocolat fondu, charcuterie, olives noires, truffes et camphre plus une pointe de santal. Le palais corsé est entièrement rempli de fruits noirs, d’épices exotiques et de nuances terreuses avec une base solide de tanins mûrs et granuleux et une fraîcheur audacieuse, pour finir avec une longueur et une profondeur épiques. Tellement plus expressif et séduisant que beaucoup de 2010 à ce stade, et pourtant il est encore incroyablement jeune !

Parker : 100/100 // J. Robinson : 17,5/20

  • Château Pontet-Canet 2011

Dégustation : le Château Pontet Canet 2011 doit constituer l’un des meilleurs vins de la Rive gauche, même s’il n’est pas tout à fait à la hauteur de ses excellentes performances en barrique. D’un violet lumineux, le bouquet bondit du verre et crie Pauillac – grâce à sa couture de graphite entrelacée à travers le fruit noir. En dix minutes, des parfums de tabac se joignent à la mêlée et il développe ce que l’on pourrait appeler des arômes frais de menthe. Le palais est moyennement corsé et reste discret à l’entrée, peut-être exagéré par l’exubérance du nez. Cependant, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un Pontet-Canet raffiné, pur et sans couture, avec de la crème de cassis et du cèdre intercalés sur la finale soutenue. Bon vin.

Parker : 93/100 // J. Robinson : 16/20

  • Château Pontet-Canet 2012

Dégustation : ce domaine d’Alfred Tesseron, impeccablement géré et cultivé en biodynamie, va de succès en succès. Le 2012 triomphe une fois de plus avec ses notes de prune noire, de cassis, de réglisse et presque un soupçon de truffe, ses tanins souples et corsés et sa belle et chère bouche. Complexe et profond, ce vin à la robe rubis-pourpre dense n’est peut-être pas au niveau des 2009 ou 2010, mais c’est un vin réussi dans ce millésime, et un vin important en 2012. Maturité prévue : maintenant-2035.

Parker : 93/100 // J. Robinson : 15,5/20

  • Château Pontet-Canet 2013

Dégustation : assemblage de 65% de Cabernet Sauvignon, 30% de Merlot et le reste de Cabernet Franc et Petit Verdot, ce vignoble cultivé en biodynamie (une rareté, mais en augmentation dans la viticulture bordelaise), avait des rendements minuscules de 15 hectolitres par hectare. Cela ne se traduit pas par une super concentration, mais c’est certainement un effort exceptionnel dans un millésime extrêmement difficile. Le vin a une couleur pourpre dense, et des notes classiques de crème de cassis, de réglisse, de moka et de torréfaction d’espresso que Pontet-Canet a récemment affichées. Le vin est moyennement corsé, possède une excellente pureté, un équilibre et un tanin doux mais perceptible. Cela n’a rien à voir avec les grands millésimes qui ont été si courants ces derniers temps dans cette incroyable propriété du plateau de Pauillac, en face de Mouton Rothschild, mais c’est certainement l’un des efforts les plus remarquables du millésime. A boire jusqu’en 2028.

Parker : 92/100 // J. Robinson : 15/20

Le nom de ce domaine viticole lui vient du gouverneur du Médoc au début du 18ème siècle, Jean-François de Pontet.

En 1975, Guy Tesseron, collectionneur et négociant en cognac (dont la marque Tesseron elle-même) ouvre une nouvelle ère en se portant nouveau propriétaire de Pontet-Canet. Ses fils Gérard et Alfred ont progressivement restructuré l’ensemble du vignoble du domaine au fil des millésimes. La propriété viticole se dote aujourd’hui d’un chai magnifique. Le cuvier en chêne prend ses racines au 19ème siècle, époque où ils décident très rapidement de créer un étage afin de descendre la vendanges dans les cuves par la gravité naturelle. Dans la volonté des nouveaux vignerons de ces lieux, les Tesseron, de faire de Pontet-Canet un modèle du respect des traditions, ce grand cru inaugure en 2005 un chai les respectant mais également très moderne. Afin de pouvoir vinifier de petits volumes, ce nouvel espace de production s’équipe de cuves tronconiques, en lieu et place de celles en inox. Cela offre une meilleure précision dans les vinifications et les assemblages des millésimes à venir.

Après plusieurs années de travail, le Château Pontet-Canet est le premier des grands Crus Classés du Médoc à se convertir en viticulture bio, puis en biodynamie. Le premier millésime certifié est celui de 2010. Le directeur technique Jean-Michel Comme veille depuis des années à la culture des 81 hectares de vignes par le travail des chevaux des écuries (construites spécialement pour eux au château). Aucun pesticide ou produit chimique autorisé. Les vendanges sont bien sûr manuelles pour garantir les meilleurs raisins. Ils sont récoltés à l’optimum. Suite à cela, la vendange, une fois amenée au chai, profite d’un nouveau tri avant de partir en cuves. L’encuvage a d’ailleurs été réalisés en raisins entiers, avec des pigeages très légers. Un élevage par la suite a permis au grand Pontet-Canet de gagner en structure. Il se fait en barriques de chêne, avec 50% de barriques neuves, 15% de barriques d’un vin, mais surtout, avec 35% de barriques en dolia (c’est un béton réalisé à base d’éléments du terroir de Pontet-Canet).

Les pépites